L’invité du mois, Stéphane Gualandris, de Skywin

Comme son directeur Etienne Pourbaix l'annonçait dans la newsletter de mars, l'équipe de Skywin s'agrandit... Stéphane Gualandris gérera, entre autres, le projet Wings pour le pôle aérospatial. Après avoir travaillé treize ans chez InnovaTech, ce Parisien d'origine et Namurois d'adoption présente le profil idéal pour relever le défi. Sans surprise, la nouvelle recrue, qui possède une belle expertise dans le montage de dossiers de financement auprès du SPW ou d’autres structures, accorde une importance fondamentale à l'innovation, mais également à la diversification des entreprises. Une diversification dont la nécessité a été mise en lumière par la Covid. Rencontre... 

Stéphane Gualandris voit donc le jour et passe sa jeunesse dans la Ville Lumière, où il réalise son parcours scolaire, qu’il termine en 1998 par un doctorat en sciences physique, axé sur les matériaux, à l’université Pierre et Marie Curie, intégrée depuis à la Sorbonne. Des années plus tard, il complétera ce cursus par une formation à l’UMons en gestion totale de la qualité. Mais n’allons pas trop vite…

C’est le hasard qui le fait émigrer en Belgique. Son épouse bretonne a un frère qui travaille à Bruxelles. Lors d’une visite, Stéphane Gualandris repère une offre d’emploi dans un quotidien et décide de postuler. Il est engagé chez AGC, dans le département R&D, où il restera presque quatre ans. Entretemps, la famille s’est agrandie et il décide de prendre quelques mois pour s’occuper de ses enfants.

Le retour au turbin se fera dans la mère-patrie, en 2005. Stéphane Gualandris travaille dans un centre de recherche mixte entre  EDF et le CNRS, plus précisément sur les énergies photovoltaïques (développement de cellules solaires selon un procédé électrochimique), sur le site EDF de Rueil-Malmaison. Commence alors un ballet d’allers-retours avec Namur, où la petite famille est bien implantée. Aujourd’hui, son épouse travaille dans la R&D en région liégeoise et ses trois filles suivent leurs études à Namur ou à l’UCLouvain, évidemment sans la pointe d’accent parisien de leur papa. Mais de nouveau, n’allons pas trop vite…

Après dix-huit mois, le retour est définitif. Stéphane Gualandris rejoint le CERDT, renommé par la suite InnovaTech. Cette structure s’occupait de l’accompagnement et du coaching des entreprises dans leurs projets d’innovation technologique. Il y travaille jusque la disparition de l’institution, en décembre 2020. « Je suis donc resté treize ans chez InnovaTech, où j’étais bien dans mon travail, explique Stéphane Gualandris. Un travail varié… Je m’occupais plus particulièrement des entreprises dans le domaine manufacturier, avec une expertise dans le montage de dossiers de financement auprès du SPW ou d’autres structures. J’ai donc développé une bonne connaissance des aides wallonnes. Identifier les ressources, aider au montage du dossier, évaluer les forces et faiblesses de l’entreprise… c’était un travail de coaching. De plus, j’organisais des événements autour de thèmes technologiques afin de créer les conditions de transferts technologiques de centres de recherche ou d’universités vers les entreprises. Cela permettait d’identifier pour les entreprises des solutions techniques qui pouvaient être intéressantes pour elle dans leur développement. » C’est également chez InnovaTech qu’il rencontre Pierre-Jean Fondu et Anthony Biévelez, qui deviendront avant lui et demeurent des piliers du pôle Skywin…

Le passage chez Skywin semblait donc naturel… « Quand l’opportunité de m’occuper de Wings pour Skywin s’est présentée, je l’ai saisie. Je retrouve un même environnement, avec les mêmes acteurs régionaux : les pôles, les centres de recherches, certaines PME. InnovaTech n’était pas actif dans les grandes entreprises, ce qui est une différence. Le transfert se déroule bien » continue notre invité.

Si le projet Wings, qui s’éteindra fin 2023, occupe une place importante dans le travail de Stéphane Gualandris, il n’est pas exclusif. « Mon rôle est de monter des collaborations entre les différents partenaires, en s’appuyant non seulement sur les acteurs impliqués dans Wings mais également sur l’ensemble des membres de Skywin, qui ne sont donc pas dans Wings. Avec aussi le NCP. Le but est de faire entrer nos entreprises dans des projets européens R&D, type Cleansky, dans la programmation 2021-2027 » explique la nouvelle recrue.

Le grand thème actuel est évidemment la décarbonation de l’avion. Un thème qui permet de travailler avec les autres pôles de compétitivité également impliqués dans ces problématiques de transition énergétique.

A côté de l’innovation, primordiale à ses yeux, Stéphane Gualandris a une autre priorité : la diversification. « Le secteur est dans une situation très compliquée, il faut voir comment valoriser les compétences de nos entreprises dans d’autres secteurs. Prenons la problématique de l’hydrogène. Ce sera peut-être un carburant utilisé pour l’aéronautique, mais ça peut aussi concerner des acteurs de Mecatech, ou de Greenwin, et on peut y ajouter Logistics in Wallonia pour l’ensemble de la mobilité. Et le cluster Tweed. Beaucoup d’acteurs donc, le tout supporté au niveau financement par le SPW et la Sowalfin. Chez InnovaTech, quand des entreprises étaient trop dépendantes de donneurs d’ordres, on essayait de les pousser dans d’autres directions pour valoriser leurs compétences. C’est de la bonne gestion. »

Au début de la crise de la Covid, on se souvient que plusieurs entreprises wallonnes de l’aéronautique avaient bifurqué vers la production de pièces pour respirateurs, dont on annonçait une pénurie, voire avaient complétement révolutionné leur produit, comme Any-Shape qui s’était lancée dans la production d’écouvillons. Cette souplesse est de bon augure… « C’est intéressant d’utiliser en quelque sorte la période difficile que nous traversons pour favoriser la R&D. Les carnets de commandes sont très bas. On ne va pas repartir comme avant, on va réfléchir à ce qu’on peut faire. C’est complexe à mettre en œuvre mais hyper intéressant. Et ça dépasse l’aérien » conclut un Stéphane Gualandris aussi passionné que motivé…

Arnaud COLLETTE

Secteurs
aero
space
drone
aero
ingen

Actualités du secteur

Collaboration interpôles dans la Grande Région

Les pôles de compétitivité Materalia (FR), MecaTech (BE), Skywin (BE) et le Luxembourg Materials & Manufacturing Cluster by Luxinnovation (LU) s(...)
aero
space
drone
aero
ingen

L’invité du mois : Jean-Christophe Deprez, pour les vingt ans du Cetic

Le Cetic, Centre d'Excellence en Technologies de l'Information et de la Communication, fête tout juste ses vingt ans. C’est l’occasion de revenir en(...)
aero
space
drone
aero
ingen

Wings, une réponse du secteur aérospatial wallon au Covid soutenue par la Wallonie

L’initiative lancée à la fin de l’année dernière par le ministre wallon de l’Économie, Willy Borsus, sous l'appellation PIT Aéro a désormais un nom(...)
aero
space
drone
aero
ingen